Les agents de la globalisation éditoriale : stratégies de conquête et de résistance Article - 2021

Tristan Leperlier, Gisèle Sapiro

Tristan Leperlier, Gisèle Sapiro, « Les agents de la globalisation éditoriale : stratégies de conquête et de résistance  », Réseaux, numéro spécial Globalisation de la culture et circulation des biens culturels (Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre, dirs.), 2021, pp. 127-153. ISSN 0751-7971. 〈http://www.revue-reseaux.fr/article/?article=RES_226_0127〉

La globalisation du marché du livre a été opérée en bonne partie par une catégorie d’intermédiaires : les agents littéraires. Les tendances à l’isomorphisme au pôle le plus professionnalisé du marché mondial du livre tiennent à l’imitation par concurrence et à la diffusion de normes professionnelles. La domination éditoriale américaine est allée de pair avec la domination des agences littéraires anglophones et la hausse de la part des traductions de l’anglais. Mais les mécanismes conduisant à l’isomorphisme sont contrés par des logiques de différenciation, comme le montre l’enquête par entretiens menée auprès d’agents de dix pays. Aussi cette homogénéisation autour des normes anglo-américaines s’est-elle accompagnée d’un processus d’hybridation et de diversification, confrontant deux acceptions de la notion de « diversité », ethnique et culturelle. Cette situation de domination multiforme a contraint les acteurs dominés ou en perte de vitesse à réorienter leurs stratégies. Des agences étatiques ont adapté ces normes, comme l’agence israélienne et la French Publishers Agency, évoquées à côté de deux agences indépendantes, Astier-Pécher et Raya, misant sur des écrivains des périphéries.

The globalization of the book market has been largely the work of a specific category of intermediaries : literary agents. Trends towards isomorphism at the most professionalized end of the global book market stem from imitation by competition and the spread of professional standards. US editorial dominance has gone hand in hand with the dominance of English-speaking literary agencies and the rise in the share of English translations. But the mechanisms leading to isomorphism are countered by differentiation, as our interviews with agents in ten different countries have shown. This homogenization around Anglo-American standards has thus gone hand in hand with a hybridization and diversification process, opposing two conceptions of “diversity” : ethnic, and cultural. This multifaceted domination has forced dominated or declining actors to reorient their strategies. State agencies have adapted these standards, as in the case of the Israeli agency and the French Publishers Agency that we discuss alongside two independent agencies, Astier-Pécher and Raya, which are betting on lesser-known authors.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités