Les années 68 et la construction d’une mémoire ouvrière : questions sur les sources orales Chapitre d’ouvrage - 2013

Vincent Porhel

Vincent Porhel, « Les années 68 et la construction d’une mémoire ouvrière : questions sur les sources orales  », in Vincent Flauraud, Nathalie Ponsard (ed.), (dir), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle. Enjeux et héritage, Editions , Nancy, 2013., 2013, pp. 183-200. ISBN 979-10-90129-07-8. 〈http://arbre-bleu-editions.com/vincent-flauraud-et-nathalie-ponsard.html〉

Résumé

Les années 68 et la construction d’une mémoire ouvrière : questions sur les sources orales L’utilisation des sources orales garde pour l’historien un parfum particulier. Peut-être parce que ces sources ne sont pas totalement intégrées au corpus officiel, l’historien ressent le besoin sinon de se justifier du moins d’expliciter sa méthode. De la définition de la source orale au statut du témoin, les écueils ne manquent pas pour apprécier une archive dont la relative nouveauté désarçonne encore nombre d’historiens du contemporain. L’objet de cet article est de souligner les ambigüités inhérentes aux problématiques de collecte des sources en appuyant sur les résultats d’études de terrains menées en Bretagne puis à Lyon auprès de militants ouvriers et centré sur les années 68. Ce faisant il s’attachera – au risque du déterminisme – à bâtir les grandes lignes de la construction d’une mémoire syndicale appuyée sur les conflits sociaux.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités