Les deux bibliothèques religieuses de Madame Bovary Chapitre d’ouvrage - 2009

Stéphanie Dord-Crouslé

Stéphanie Dord-Crouslé, « Les deux bibliothèques religieuses de Madame Bovary  », in Gisèle Séginger et Pierre-Louis Rey (ed.), Madame Bovary et les savoirs, 2009, pp. 147-155

Résumé

La bibliothèque religieuse de Madame Bovary partage avec sa bibliothèque littéraire un statut particulier : elle renvoie à la fois à la collection des ouvrages que les personnages lisent ou qui apparaissent textuellement dans la fiction, et à l’ensemble des livres que l’écrivain a consultés ou dont il s’est souvenu pour rédiger son roman. Elle englobe aussi bien ces savoirs en tant qu’ils sont représentés dans le texte du roman, que les savoirs en tant qu’ils participent à la génération ou à la genèse de la représentation littéraire elle-même. Sera donc envisagée ici une bibliothèque religieuse à géométrie variable, ou plutôt deux bibliothèques successives. La cohérence de la première se construit dans la fiction au fur et à mesure qu’Emma lit explicitement des ouvrages religieux, qui – du moins peut-on l’imaginer – ont été rangés, à un moment ou à un autre, sur les étagères d’un meuble de sa chambre. Cette première bibliothèque a un double fond qui recèle les ouvrages dont on trouve mention dans la genèse mais qui disparaissent en cours de rédaction. La deuxième bibliothèque accueille quant à elle les livres dont Flaubert s’est servi pour élaborer son roman mais qui n’ont jamais été destinés à figurer dans le texte définitif.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités