Les industriels contre « Big Pharma » ? Conflits internes et fragmentation du patronat sur la politique du médicament défendue à l’OCDE (1996-2018) Article - 2022

Constantin Brissaud

Constantin Brissaud, « Les industriels contre « Big Pharma » ? Conflits internes et fragmentation du patronat sur la politique du médicament défendue à l’OCDE (1996-2018)  », Critique Internationale, 2022. ISSN 1290-7839

L’analyse de l’implication du BIAC, la représentation patronale institutionnalisée à l’OCDE, dans la politique du médicament défendue par l’Organisation montre, grâce à l’étude des archives du chef de la « task force santé » du BIAC entre 1996 et 2010, que le BIAC est divisé, sur le prix à payer par les pays pour accéder aux « médicaments innovants », entre entreprises productrices de médicaments et entreprises « intensives en main-d’œuvre ». Cette opposition est en outre doublée par des jeux d’alliance entre certains États, notamment les États-Unis, et les industriels du médicament, qui ont un intérêt commun à la libre fixation des prix des nouveaux médicaments arrivant sur le marché. L’emploi de concepts éprouvés en sociologie politique de l’Union européenne pour analyser la division du travail sur la santé au BIAC fait émerger la structure de ces divisions, et leur évolution dans le temps : les premiers membres de la « task force santé » du BIAC étaient des intermittents, spécialistes de la santé ; les membres actuels sont des généralistes, délégués permanents du BIAC. Plaidoyer pour la combinaison des méthodes d’analyse des espaces internationaux et des espaces de l’Union européenne comme l’Eurocratie, cet article montre enfin que les antagonismes patronaux sont surmontés dans la défense d’une valeur irénique, l’« innovation ».

This study examines the involvement of BIAC, the advocate for business at the OECD, in the drug policy defended by the orgianisation. Analysis of the archives of the head of the BIAC “health task force” between 1996 and 2010 shows that BIAC is divided between drug-producing companies and “labour-intensive” companies on the price to be paid by countries for access to “innovative medicines”. This division is further compounded by alliances between certain states, notably the United States, and the pharmaceutical industry, which have a common interest in the free pricing of new drugs entering the market. The use of concepts proven useful in the political sociology of the European Union to analyse the division of labour on health at BIAC reveals the structure of those divisions and their evolution : the first members of the BIAC “health task force” were intermittent health specialists ; they are opposed to the current members of the task force, who are generalists, permanent delegates of BIAC. This article therefore argues for the combination of methods of analysing international spaces and European Union spaces such as Eurocracy, and finally shows that antagonisms between businesses are overcome in the defense of an irenic value, “innovation”.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités