Microorganismes recombinés et écosystème bactérien du tube digestif Proposition de programme de recherche et utilité des animaux à flore contrôlée pour estimer les risques - Article - Janvier 1989

Robert Ducluzeau

Robert Ducluzeau, « Microorganismes recombinés et écosystème bactérien du tube digestif  », COURRIER DE LA CELLULE ENVIRONNEMENT INRA, janvier 1989, pp. 3-11. ISSN 0995-1083

Résumé

Les industries agro-alimentaires utilisatrices de bactéries vivantes et tout particulièrement celles qui utilisent des ferments lactiques vont, dans un avenir désormais proche, proposer sur le marché des bactéries modifiées par les techniques du génie génétique. Les gènes modifiés sont placés soit directement sur le chromosome des bactéries, soit portés sur des molécules d’ADN extra- chromosomiques, le plus souvent des plasmides. Ces bactéries modifiées en vue d’améliorer leur efficacité technologique vont naturellement être ingérées en grande quantité par le consommateur avec le produit fermenté : la consommation d’un pot de yaourt entraîne l’ingestion d’environ 100 milliards de lactobacilles et de streptocoques. Les bactéries vivantes ainsi ingérées vont transiter à travers l’estomac et l’intestin grêle du consommateur, y survivre plus ou moins longtemps, se mêler aux bactéries de la flore autochtone dans le gros intestin et, avec les fèces, être rejetées dans l’environnement.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités