Miroir de la précarité sociale et (carrefour) des dynamiques migratoires.Les hôtels dits meublés du centre-ville marseillais Article - 2017

Virginie Baby-Collin, Assaf Dahdah

Virginie Baby-Collin, Assaf Dahdah, « Miroir de la précarité sociale et (carrefour) des dynamiques migratoires.Les hôtels dits meublés du centre-ville marseillais  », Faire-Savoirs : Sciences de l’Homme et de la Société en Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2017, pp. 65-74. ISSN 1626-0771. 〈http://faire-savoirs.mmsh.univ-aix.fr/Pages/default.aspx〉

Résumé

Les hôtels meublés du centre ville de Marseille constituent un parc de logements bon marché faisant office de logement social de fait, à la fois fortement menacé par des politiques d’intervention urbaine visant à rénover et revaloriser un centre ville pauvre, migrant et populaire, et paradoxalement soutenu financièrement par la puissance publique dans le cadre de l’insuffisance du parc de logements existant pour les publics vulnérables et les demandeurs d’asile. Ces espaces, très concentrés dans l’hypercentre de Marseille et notamment dans le quartier de Belsunce, témoignent au travers de leur histoire des dynamiques migratoires qui, depuis un demi-siècle, contribuent à maintenir dans le centre-ville des publics migrants inscrits dans des trajectoires et des temporalités variées. C’est cette intersection, entre logement, migration, et centralité populaire ressource, qu’interroge cet article.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités