Ninfa profunda. Essai sur le drapé-tourmente Ouvrage (y compris édition critique et traduction) - 2017

Georges Didi-Huberman

Georges Didi-Huberman, Ninfa profunda. Essai sur le drapé-tourmente , Gallimard, Art et Artistes, 2017

Résumé

On trouve dans la poésie et les romans de Victor Hugo une étrange correspondance : regarder une femme - en la désirant - équivaut à sombrer dans la profondeur d’un océan. Voir la femme ? « Voir le dedans de la mer ». Voir une tempête se lever ? Sentir monter les effluves du désir. Comment l’écriture va-telle rendre sensibles les tourments psychiques pour autant qu’ils sont faits aussi de tourmentes physiques et, même, atmosphériques ? Nous voici alors convoqués, au-delà de l’exégèse littéraire, sur le plan d’une vaste phénoménologie du monde visible : c’est bien matériellement, en quelque sorte, que cette équivalence se manifestera sur chaque feuille de papier dans l’immanence même des images admirables inventées par Victor Hugo - façon de découvrir, dans les chimères hypocondriaques du peintre-poète, un grand art lucrétien capable de donner à chaque organe l’immensité d’une tempête et à chaque milieu l’intensité d’un geste corporel animé de passion.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités