Renouveler la place du conseiller dans la production de savoirs agronomiques d’action : le rôle de dispositifs d’échange sur le métier Article - 2016

Marianne Cerf, Marie-Noëlle Guillot, Paul Olry, Bertrand Omon, M.S. Petit

Marianne Cerf, Marie-Noëlle Guillot, Paul Olry, Bertrand Omon, M.S. Petit, « Renouveler la place du conseiller dans la production de savoirs agronomiques d’action : le rôle de dispositifs d’échange sur le métier  », Agronomie, Environnement & Sociétés, 2016, pp. 185-192. ISSN 1775-4240

Depuis les années 90, les conseillers agricoles en grandes cultures se sont largement appuyés sur les expérimentations et ce qu’elles permettent d’élaborer comme savoirs agronomiques d’action. Ce faisant, ils ont joué un rôle clé de transmetteurs de ces savoirs. Ce rôle n’est-il pas à revisiter pour accompagner les agriculteurs vers des pratiques agro-écologiques ? Dans le cadre de dispositifs d’échange mis en place dans le cadre du RMT Systèmes de Cultures Innovants et du projet Cas-Dar CHANGER, les conseillers interrogent leur façon de réaliser leur travail d’accompagnement des agriculteurs vers la transition, et analysent leurs pratiques et leur pertinence en regard de leurs missions. Nous avons observé et analysé ce qui s’échange dans des dispositifs d’échange sur le métier entre conseillers agricoles, ainsi que ce que les conseillers tentent pour faire évoluer leurs pratiques de conseil. Sur cette base, nous proposons de mettre en lumière la façon dont ces dispositifs d’échange entre pairs, structurés par l’analyse de situations de travail, peuvent permettre aux conseillers de s’engager autrement dans la production de savoirs agronomiques d’action. Après avoir précisé ce que nous entendons par savoirs agronomiques d’action, nous apportons des éléments sur la façon dont les dispositifs d’échange sont organisés. A partir d’exemples, nous mettons en lumière les processus par lesquels le dispositif permet aux conseillers de s’engager autrement dans la production de savoirs d’action dont nous amorçons une première qualification. Nous concluons sur la nécessité de poursuivre l’analyse pour mieux appréhender ces processus et mieux caractériser les savoirs produits.

Since the 1990s, crop advisors rely mainly on experiments and on their contribution to the development of actionable knowledge (indicators and decision rules) meant to support farmers in monitoring their annual crops. They therefore play a key dissemination role. But is this way of producing and mobilizing agronomic knowledge still relevant when advisors have to support farmers in their transition towards agro-ecological practices ? During sessions organized under the umbrella of the RMT Systèmes de cultures Innovants and the CHANGER project, advisors examined their way of supporting farmers in this transition, and analyzed their practices and their efficiency. Based on our observations and analysis of these discussions, and on our observations of ways through which advisors try to adjust their practice to better support farmers’ transition, we argue that this kind of peer interaction, grounded on work situation analysis, enables the advisors to develop new modes of actionable knowledge production. We first define what actionable knowledge means for us. We then describe the way the sessions are organized. Through examples, we show how some advisors develop new ways to use agronomic knowledge and reasoning. We highlight the processes by which advisors engage differently in actionable knowledge production, and propose a first qualification of such an actionable knowledge. We conclude with the need to further describe and assess these processes and the actionable knowledge it produces.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités