Single-nucleotide polymorphism frequency in a set of selected lines of bread wheat (Triticum aestivum L.) Article - Novembre 2006

Catherine Grand Ravel, Sébastien Praud, Alain Murigneux, Aurelie Canaguier, Frederic Sapet, Delphine Steinbach, François Balfourier, Philippe Dufour, Paul Chalhoub, Dominique Brunel, Michel Beckert, Gilles Charmet

Catherine Grand Ravel, Sébastien Praud, Alain Murigneux, Aurelie Canaguier, Frederic Sapet, Delphine Steinbach, François Balfourier, Philippe Dufour, Paul Chalhoub, Dominique Brunel, Michel Beckert, Gilles Charmet, « Single-nucleotide polymorphism frequency in a set of selected lines of bread wheat (Triticum aestivum L.)  », Genome, novembre 2006, pp. 1131-1139. ISSN 0831-2796

Information on single-nucleotide polymorphisms (SNPs) in hexaploid bread wheat is still scarce. The goal of this study was to detect SNPs in wheat and examine their frequency. Twenty-six bread wheat lines from different origins worldwide were used. Specific PCR-products were obtained from 21 genes and directly sequenced. SNPs were discovered from the alignment of these sequences. The overall sequence polymorphism observed in this sample appears to be low ; 64 single-base polymorphisms were detected in 21.5 kb (i.e., 1 SNP every 335 bp). The level of polymorphism is highly variable among the different genes studied. Fifty percent of the genes studied contained no sequence polymorphism, whereas most SNPs detected were located in only 2 genes. As expected, taking into account a synthetic line created with a wild Triticum tauschii parent increases the level of polymorphism (101 SNPs ; 1 SNP every 212 bp). The detected SNPs are available at http://urgi.versailles.inra.fr/GnpSNP. Data on linkage disequilibrium (LD) are still preliminary. They showed a significant level of LD in the 2 most polymorphic genes. To conclude, the genome size of hexaploid wheat and its low level of polymorphism complicate SNP discovery in this species.

La fréquence des marqueurs de type polymorphisme d’une paire de base (SNP) est encore mal connue chez le blé tendre hexaploïde. L’objectif du travail présenté est donc d’étudier l’abondance de ces marqueurs dans cette espèce. Pour cela 21 gènes (ou fragments) ont été amplifiés spécifiquement par PCR puis séquencés dans une collection de 26 lignées de blé tendre. Dans cet échantillon, nous avons détecté 64 évènements de polymorphisme d’une base pour environ 21,5 kb. Le niveau global de polymorphisme est relativement faible (1 SNP pour 334 pb) et très variable d’un gène à l’autre. La moitié des gènes étudiés est monomorphe alors que la plupart des SNPs proviennent de seulement 2 gènes. Le niveau de polymorphisme est augmenté par la prise en compte d’une lignée de blé synthétique (101 SNP ; 1 SNP pour 212 pb). Tous les SNP détectés sont disponibles à http://urgi.versailles.inra.fr/GnpsSNP. Nous avons calculé le déséquilibre de liaison (DL) en utilisant les données des 2 gènes les plus polymorphes, situés sur le chromosome 1BL et distants de 1,3 cM. Le DL intragénique est significatif. Pour conclure, la taille et le faible niveau de polymorphisme du génome du blé hexaploïde compliquent la recherche de SNP dans cette espèce.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités