TITULO : LA PROSODIE DANS L’ACQUISITION DE LA NÉGATION : ÉTUDE DE CAS D’UNE ENFANT MONOLINGUE FRANCAISE Article - 2010

Christelle Dodane, Gladis Massini Cagliari

Christelle Dodane, Gladis Massini Cagliari, « TITULO : LA PROSODIE DANS L’ACQUISITION DE LA NÉGATION : ÉTUDE DE CAS D’UNE ENFANT MONOLINGUE FRANCAISE  », Revista ALFA, UNESP, Brésil, 2010, pp. 335-360. 〈http://seer.fclar.unesp.br/alfa/article/view/3177/2906〉

Résumé

La négation représente une étape cruciale dans l’acquisition du langage, car elle permet à l’enfant de se positionner au sein de l’interaction, bien avant l’apparition des marques de la première personne. Si les différentes étapes de son acquisition ont déjà fait l’objet d’une description approfondie, la plupart des modèles se sont limités à une approche morpho-syntaxique ou sémantique, négligeant complètement la prosodie. Pourtant, le niveau prosodique est l’un des premiers à se mettre en place au niveau prélinguistique et il joue un grand rôle dans la transition vers le niveau linguistique. Dans cet article, nous présentons les données longitudinales d’une enfant monolingue francophone enregistrée de 14 à 28 mois, en interaction spontanée avec ses parents. Toutes les occurrences de « non » ont été extraites automatiquement (243 énoncés), puis analysées acoustiquement (durée syllabique, fréquence fondamentale, intensité). Les résultats font apparaître que les premières occurrences de « non » émergent à 14 mois sous une forme redupliquée et exagérée au niveau prosodique, suivies à 19 mois, par des « non » réalisés en isolation ou à l’intérieur d’un énoncé (en position initiale ou finale). De façon intéressante, la réalisation des « non » en isolation change au cours du temps. Dans un premier temps, de 14 à 21 mois, ils sont majoritairement produits avec des contours montants et une durée syllabique croissante, de 22 à 25 mois, avec des contours montant-descendant et de 26 à 28 mois, avec des contours plats ou descendants et une durée syllabique réduite, qui les rend proches de la forme adulte. Un tel changement au niveau prosodique semble refléter une meilleure maîtrise linguistique dans l’expression de la négation à partir de 25 mois et cela d’autant plus qu’au même moment, apparaissent les marqueurs de la première personne dans le langage de l’enfant.

Voir la notice complète sur HAL

Actualités