Séminaire d’axe « Relations inter-arts et hybridations artistiques »

Organisateur : Ada Ackerman-Millot

Le séminaire d’axe « Relations inter-arts et hybridations artistiques » se propose d’accueillir des interventions des membres statutaires comme associés ainsi que de doctorants de THALIM portant sur les questionnements relatifs à toutes les formes de rencontre entre les différents domaines artistiques intéressant l’UMR (arts du spectacle, cinéma, arts visuels ou sonores, littérature des XXe et XXIe siècles), à savoir :
– les phénomènes d’hybridation des pratiques et des supports (œuvres intermédiales ou multimédiales, notion d’œuvre d’art total),
– les relations entre œuvres relevant de disciplines différentes (transmédialité, adaptations, citation ou « représentation » d’une œuvre par une autre),
– les pratiques parallèles, conjointes ou dissociées de plusieurs disciplines par un même auteur, artiste ou polyartiste,
– les interférences, frictions, analogies, synchronies ou décalages historiques entre mouvements, courants ou esthétiques relevant de disciplines différentes.

Il s’agira, via le séminaire, de mener ainsi, à travers des cas spécifiques, une réflexion sur la manière dont ces dynamiques déplacent, renforcent ou estompent les frontières entre les arts concernés, intensifient, minorent ou périment la question de la spécificité du médium, redéfinissent voire dé-définissent les notions d’art, d’artiste ou d’écrivain. Chaque intervention sera l’occasion, de manière plus générale, de définir les cadres théoriques et méthodes d’analyse spécifiques à ces phénomènes, afin d’examiner les potentialités et enjeux amenés par une telle histoire interdisciplinaire et croisée des productions artistiques.

Plusieurs questionnements ou directions de recherche pourront ainsi être explorés :
– Quels facteurs anthropologiques, sociaux, culturels et techniques conditionnent les phénomènes d’hybridation et les pratiques croisées ?
– Comment le tournant numérique et les pratiques de remédiation accentuent-elles la tendance à l’inter- ou transmédialité ?
– Comment la forme livre, l’exposition, la performance, les supports numériques accueillent ou stimulent les phénomènes en question ?
– Quel rôle jouent les institutions (universités, écoles d’art, formations en écriture créative, recherche créative, centres d’art, musées) dans ces évolutions ?
– Quels sont les problèmes de réception et de légitimation rencontrés par les créateurs aspirant à une reconnaissance en dehors de la discipline leur ayant valu une première notoriété ? Comment aborder la production d’un artiste pratiquant plusieurs médiums ?
– En quoi les productions hybrides réarticulent les liens entre le visible, le lisible et l’audible ?
– Comment, dans le discours critique, s’opèrent les transferts de catégories esthétiques et de méthodes d’analyses d’un art à l’autre, voire les emprunts à des disciplines non artistiques ?

Séances du séminaire

Séance(s) passée(s)

  • Entre arts, sciences et philosophie : étudier la pensée d’Edgar Wind
  • Défis méthodologiques

    Séminaire « Relations inter-arts et hybridations artistiques »
    THALIM
    Séance du 15 décembre 2023 « Défis méthodologiques »
    10h-13h

    Nous accueillerons Fleur Hopkins-Loféron (post-doc, THALIM) pour une conférence intitulée
    " Culture visuelle et archéobibliographie : re-découvrir le merveilleux-scientifique par ses textes et ses images".

    Puis nous écouterons Nicolas Krastev-Mckinnon (doctorant, Sorbonne-Nouvelle) pour son intervention "Commenter le rap : un défi littéraire".
    Une séance qui s’annonce donc passionnante, placée sous le sceau des défis méthodologiques face à des rencontres entre disciplines qui ne vont pas de soi.

    Vous trouverez les résumés et bio-bibliographies de nos intervenant.e.s ci-dessous.

    La séance aura lieu par Zoom :
    https://cnrs.zoom.us/j/98666233192?pwd=bWoyVWt3VXcxbDRDZ29LSmxscE5DUT09

    Code secret ETHBt6

    En espérant vous y retrouver nombreuses et nombreux !
    Merci par avance de bien vouloir faire circuler l’annonce aux personnes susceptibles d’être intéressées.

    Ada Ackerman et Serge Linarès

    Fleur Hopkins-Loféron
    « Culture visuelle et archéobibliographie : re-découvrir le merveilleux-scientifique par ses textes et ses images »

    Pour retracer la genèse, la diffusion et la culture d’un genre littéraire oublié de l’histoire française - le merveilleux-scientifique - la consultation des bibliothèques patrimoniales, forcément lacunaires, ne suffit pas. Ce travail archéobibliographique se construit en effet sous la forme d’échanges continus avec les milieux d’érudits, de chasses aux Puces, de trocs de livres et de dépouillements de grands ensembles numériques. De la même manière, l’approche littéraire s’avère limitée quand il s’agit d’éclairer la diffusion médiatique de ce modèle de pensée, au plus fort entre 1900 et 1939. Seule une approche transdisciplinaire, allant puiser dans la culture visuelle, l’histoire des sciences et de la métapsychique, offre un regard dialectique. Ainsi, tout en proposant un panorama du merveilleux-scientifique, cette communication entend revenir sur les outils transmédiatiques qui ont présidé à ce travail de recherche.

    Fleur Hopkins-Loféron est actuellement postdoctorante au CNRS (UMR THALIM). Elle visite tout particulièrement dans ses travaux les points de contact entre imaginaire scientifique, histoire des sciences et techniques, et occulture. Elle a consacré sa thèse à la science-fiction française ancienne et tout particulièrement au mouvement merveilleux-scientifique ("Voir l’invisible. Histoire visuelle du mouvement merveilleux-scientifique (1909-1930)", Champ Vallon, 2023). Ses recherches les plus récentes étudient la diffusion d’un fakirisme à la française dans le Paris des années 1930.
    Par ailleurs, elle dirige au sein de l’Arbre Vengeur la collection "Fantascope", dédiée à la réédition de récits d’imagination scientifique. Plume régulière de "La Septième Obsession" et des "Cahiers de la BD", ainsi que conseillère artistique pour "Le Dessous des images" sur Arte, elle explore la culture populaire sous toutes ses formes ("Mercredi. Icône gothique", Les Impressions Nouvelles, 2023).

    Nicolas Krastev-Mckinnon,
    « Commenter le rap : un défi littéraire. »


    En octobre 2022, nous avons publié à compte d’auteur un ouvrage intitulé Damso-dictionnaire, où nous avons proposé une lecture littéraire et philosophique des textes d’un des rappeurs les plus talentueux et sulfureux de la scène musicale contemporaine. Au travers de ce livre prenant la forme d’un abécédaire, il s’agissait à la fois de rendre un hommage à la plume coriace et singulière de Damso, mais aussi d’interroger les problématiques centrales d’une œuvre en mouvement, animée par de vives tensions.
    Suite à ce premier travail, nous avons eu l’occasion de rejoindre les éditions JC Lattès et le label de littérature La Grenade, spécialisé dans la culture urbaine. Après plusieurs mois de travail, un deuxième opus, Orelsan – dictionnaire critique, a été publié le 25 octobre 2023. En reprenant et en exploitant plus avant encore la forme du dictionnaire critique, nous avons essayé d’y dégager les lignes de force, de faille et de crête d’une discographie aussi riche que variée, et de mettre en lumière ce qui faisait la force d’une écriture, d’un flow et d’un personnage polymorphe.
    
 Plus que de constituer de simples monographies, ces deux ouvrages ont pour vocation d’interroger et de mettre en tension les liens profonds qui unissent le rap et la littérature. En optant pour une approche synchronique et pluridisciplinaire, nos travaux aspirent à rendre compte de la puissance stylistique et rhétorique des textes de rap, mais aussi de leur inscription dans une littérature de l’oralité, fondée sur la performance. Nous y avons aussi avancé l’hypothèse selon laquelle les œuvres des rappeurs constituaient de vastes fresques auto-fictives, où émergeait, de manière polyphonique, une foule de personnages en tous genres, chargés de refléter tel ou tel aspect de notre époque.
    Dans cette présentation, nous aimerions donc à la fois redéployer l’histoire des parentés entre le rap, la littérature et la musique, en nous appuyant sur les recherches universitaires déjà établies, et présenter aussi ce qui fonde la singularité de notre approche ludique et fragmentaire de l’obsession rap.

    Bibliographie indicative

    ABCDR DU SON, L’Obsession rap, Classiques et instantanés du rap français, Marabout, 2019.
    BARRET Julien, Le Rap ou l’artisanat de la rime, Stylistique de l’egotrip, L’Harmattan, 2008.
    BERTOT Sylvain, Rap indépendant, La vague hip-hop indé des années 1990/2000 en 30 scènes et 100 albums, Le mot et le reste, 2014.
    BERTOT Sylvain, Ladies First, Une anthologie du rap au féminin, Le mot et le reste, 2019.
    BETHUNE Christian, Pour une esthétique du rap, Klincksieck, 2004.
    BLONDEAU Thomas, HANAK Fred, Combat rap, 25 ans de hip-hop, Le Castor Astral, 2007.
    CACHIN Olivier, L’Offensive rap, Gallimard, 2001.
    CACHIN Olivier, Les 100 albums essentiels du rap, Scali, 2006.
    CACHIN Olivier, Rap Stories, Denoël, 2008.
    EVIL Pierre, Gangsta Rap, Dr. Dre, Snoop Dogg, 2Pac et les autres, Le mot et le reste, 2018.
    FERNANDO S.H., The New Beats, Culture, musique et attitudes hip-hop, Editions de l’Eclat, 1994-2004.
    GHIO Bettina, Sans fautes de frappe, Rap et littérature, Le mot et le reste, 2016.
    GHIO Bettina, Pas là pour plaire ! Portraits de rappeuses, Le mot et le reste, 2020.
    HAMMOU Karim, Une histoire du rap en France, La Découverte, 2012.
    MAIZI Mehdi, Rap français, Une exploration en 100 albums, Le mot et le reste, 2015.
    MENU Etienne, HEUGUET Guillaume (sous la direction de), Trap : Rap, drogue, argent, survie, Audimat/Editions Divergentes, 2021.
    MICLET Brice, Sample ! Aux origines du son hip-hop, Le mot et le reste, 2018.
    MOLINERO Stéphanie, Les Public du rap, Enquête Sociologique, L’Harmattan, 2009.
    OMORI Yoshi, Mouvement. Du terrain vague au dance floor, 1984-1989, Le mot et le reste, 2017.
    PECQUEUX Anthony, Le Rap, La Table Ronde, 2010.

    Agrégé de Lettres Modernes, ancien élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, Nicolas Krastev-Mckinnon est doctorant en littérature française à la Sorbonne Nouvelle. Sous la direction de Serge Linarès, il s’intéresse aux métamorphoses de l’écriture fragmentaire, à partir d’un corpus étendu des XXe et XXIe siècles (Cioran, Valéry, Yourcenar, G. Macé, Cocteau, Reverdy).
 


    Séance par Zoom
    La séance aura lieu par Zoom :
    https://cnrs.zoom.us/j/98666233192?pwd=bWoyVWt3VXcxbDRDZ29LSmxscE5DUT09
    Code secret ETHBt6

  • Le théâtre au prisme des autres arts : interventions de Céline Gahungu et Béatrice Picon-Vallin
  • Des fanzines littéraires à la littérature jeunesse : quelles hybridations ? Interventions d’Ariane Mayer et de Marie Sorel
Actualités